Loin d’être un simple slogan, « le changement de mentalités » est un vaste programme de sensibilisation et d’éducation civique qui a été initié par les autorités congolaises, ayant pour but d’inculquer principalement aux jeunes congolais le civisme, mais aussi de leur aider à rectifier leurs façons d’agir, de penser ou encore de s’exprimer.

Les vertus, aujourd’hui surannées

Pour beaucoup de jeunes congolais et plus particulièrement ceux de Kinshasa, les bonnes manières n’existent plus. Par exemple, il se peut qu’un jeune bouscule ou pose involontairement une action maladroite, les mots du genre : Excuse, pardon…, sont difficilement prononçables par les congolais aujourd’hui. Il en va de même dans le domaine du transport, rare sont les jeunes qui cèdent les sièges aux vieillards dans un bus.

Force est de constater que le civisme n’existe pas dans le quotidien des congolais, car tout le monde jette tout n’importe où, c’est ce qui contribue aussi à l’insalubrité dans la capitale et plusieurs jeunes se permettent de démolir sans raison de biens publics ou de dérober les infrastructures mises pour subvenir aux besoins communautaires.

Pis encore, demander à un jeune kinois de relater entièrement l’histoire de son pays le Congo, c’est figurément parlant, lui demander de trouver la réponse à une équation mathématique remarquable. La preuve tangible, l’hymne national de la RD Congo n’est vraiment pas connu chez les congolais, les autres par contre confondent jusqu’à présent « La zaïroise » au « Débout congolais », l’actuel hymne national.

Ecouter le Débout congolais

Le Debout congolais

Ecouter La zaïroise

La Zaïroise

Un ouf de soulagement?

Avec l’implication des Conseils provinciaux de la jeunesse, nous osons croire que les choses cette fois-ci iront mieux et que les maux du genre kuluna, incivisme… ou encore dévergondage disparaîtront dans le vécu des jeunes.

Avez-vous bien compris que ce qui est essentiel dans une éducation, ce n’est pas seulement la lecture, le calcul, l’histoire, la géographie,… ou encore l’orthographe ? Mais aussi une bonne instruction civique, la politesse et les bonnes manières, c’est ce qui forge l’homme. Sans plus tarder, tous ensemble changeons nos mentalités.