Kinshasa : Le changement de mentalités

Loin d’être un simple slogan, « le changement de mentalités » est un vaste programme de sensibilisation et d’éducation civique qui a été initié par les autorités congolaises, ayant pour but d’inculquer principalement aux jeunes congolais le civisme, mais aussi de leur aider à rectifier leurs façons d’agir, de penser ou encore de s’exprimer.

Les vertus, aujourd’hui surannées

Pour beaucoup de jeunes congolais et plus particulièrement ceux de Kinshasa, les bonnes manières n’existent plus. Par exemple, il se peut qu’un jeune bouscule ou pose involontairement une action maladroite, les mots du genre : Excuse, pardon…, sont difficilement prononçables par les congolais aujourd’hui. Il en va de même dans le domaine du transport, rare sont les jeunes qui cèdent les sièges aux vieillards dans un bus.

Force est de constater que le civisme n’existe pas dans le quotidien des congolais, car tout le monde jette tout n’importe où, c’est ce qui contribue aussi à l’insalubrité dans la capitale et plusieurs jeunes se permettent de démolir sans raison de biens publics ou de dérober les infrastructures mises pour subvenir aux besoins communautaires.

Pis encore, demander à un jeune kinois de relater entièrement l’histoire de son pays le Congo, c’est figurément parlant, lui demander de trouver la réponse à une équation mathématique remarquable. La preuve tangible, l’hymne national de la RD Congo n’est vraiment pas connu chez les congolais, les autres par contre confondent jusqu’à présent « La zaïroise » au « Débout congolais », l’actuel hymne national.

Ecouter le Débout congolais

Le Debout congolais

Ecouter La zaïroise

La Zaïroise

Un ouf de soulagement?

Avec l’implication des Conseils provinciaux de la jeunesse, nous osons croire que les choses cette fois-ci iront mieux et que les maux du genre kuluna, incivisme… ou encore dévergondage disparaîtront dans le vécu des jeunes.

Avez-vous bien compris que ce qui est essentiel dans une éducation, ce n’est pas seulement la lecture, le calcul, l’histoire, la géographie,… ou encore l’orthographe ? Mais aussi une bonne instruction civique, la politesse et les bonnes manières, c’est ce qui forge l’homme. Sans plus tarder, tous ensemble changeons nos mentalités.

The following two tabs change content below.

  3 comments for “Kinshasa : Le changement de mentalités

  1. Patrick Assir
    25 janvier 2011 at 13 h 47 min

    Vous n’avez jamais remarqué que quand quelqu’un a de l’argent, bien gagné de préférence, ou qu’il commence à bien gagner sa vie, sa VISION du monde, son comportement, son rapport à son environnement, ses projets, sa « mentalité » etc. TOUT CH…ANGE (pas sensiblement au début mais progressivement …)

    Il est quasi difficile, pour ne pas dire IMPOSSIBLE, de demander à quelqu’un de changer de mentalité (encore faut-il lui expliquer ce que c’est) quand il a FAIM, quand l’écart entre ces besoins et leur satisfaction est TRES GRAND, quand il SURVIT… il n’a pas le temps de penser à beaucoup de choses qu’à survivre… tout acte de générosité, même venant de quelqu’un de véreux et malintentionné, est pour lui UNE BENEDICTION du ciel…

    CONCLUSION: les conditions d’UNE REELLE démocratie ne sont jamais réunies dans une société DES SURVIVANTS et affamés…

    ACTION : Encourager les citoyens à entreprendre, leur donner accès à des formes de crédits à très faible taux d’intérêt annuel, les accompagner pour qu’à terme il créer de façon formelle un peu de richesse pour eux-mêmes et de l’emploi pour certains, encourager le secteur informel à se formaliser par le même mécanisme, développer une politique sociale même simple au départ de petit revenu d’insertion avec accompagnement vers des formations qualifiantes courte durée et un potentiel emploi ou petit et moyen entreprenariat…

    LECON: Pas de changement de mentalité SANS changement de situation ECONOMIQUE…

    • Shilo MM
      27 janvier 2011 at 7 h 46 min

      Patrick, étant jeune propose aussi des bonnes solutions et concrètes pour lutter contre l’incivisme à Kinshasa, à mon avis, cela n’est pas dû à la pauvreté simplement.

  2. AMARAL Aimé
    9 février 2011 at 10 h 43 min

    Comment voulez-vous changer la mentalité d’un peuple si les dirigeants, qui sont censés conduire le pays, eux n’ont rien changé à leurs comportements. De l’indépendance de notre pays jusqu’à ce jour, différentes têtes se sont succédées en haut de la sphère politique mais avec la même attitude du ‘chacun pour soi et Dieu pour tous’.
    N’allez surtout demander à quelqu’un de faire ce que vous même êtes imcapables de réaliser.
    Ne parlez pas d’investissement personnel tant que la tête (les riches du pays) n’ont jamais rien investi dans ce pays.
    C’est quoi le développement d’un pays? C’est l’apport de tout citoyen. Ce sont les hommes et femmes qui font qu’un pays soit appelé « Pays développé » car ils participent tous en commençant par les politiques, les hommes riches (hommes d’affaires) et après seulement intervient le petit peuple par son respect de la loi et contribution, en travaillant pour garantir et maintenir l’outil qui lui est confié.
    Un peuple n’est incivique que quand il se retrouve face une situation de blocage car il ne sait pas comment se sortir d’un état de délabrement complet de la machine politique qui ne met rien à sa disposition. « Ventre affamé n’a point d’oreille »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.