Dans le monde, la réussite et le bonheur sont devenus synonymes de longues études afin d’avoir une bonne carrière lucrative, raison pour laquelle nous constatons que beaucoup de jeunes aujourd’hui font tout possible pour aller plus loin avec les études supérieures et pour ceux dont les parents ont peut être plus de moyens,  ils préfèrent étudier dans un pays avancé en matière d’éducation.

Tout au long de cet article, je partagerai avec vous quelques réalités que je vis personnellement en tant qu’étudiant étranger, et par après saurons si étudier hors de son pays est la meilleure décision à prendre et en même temps, trouverons aussi les risques qu’un jeune peut courir en s’écartant loin de ses parents.

Des obstacles inattendus

Dans un nouvel environnement les entraves ne manquent pas, tel a été mon cas. Tout d’abord c’était la langue, une nouvelle langue : le russe, que j’étais censé apprendre et tout paraissait différent de l’alphabet français. Un autre problème, est de savoir comment serez-vous traité par les autochtones du pays choisi pour poursuivre ses études. Car cela peut avoir de conséquences tant négatives que positives sur la continuité ou non des objectifs assignés.

Pour le seul cas de la Russie, les étudiants étrangers se retrouvent dans un environnement qui se démarque du village planétaire que l’on cherche à construire avec la Mondialisation, où le brassage des races, des populations, des mentalités… n’est plus interdit.

N’oubliez pas, en Russie marcher dans les rues est une gêne, vous avez sur vous plusieurs yeux braqués comme si vous possédez des excréments humains sur le visage et vous pouvez sentir la haine et le dédain qui se lisent sur les fronts des spectateurs, comme si vous étiez l’homme le plus recherché du monde, qui circule librement et que votre tête est mise à prix. Donc il faut être fort et savoir surmonter l’injustice pour vivre dans un milieu où vous êtes déprécié.

Quand la raison cède la place à la confusion

Beaucoup de ceux qui viennent étudier en Russie, cèdent au libertinage, dans ce sens qu’ils abandonnent toutes les vertus acquises  sous le toit parental, d’ailleurs c’est l’une des raisons qui poussent les hommes russes parfois à s’en prendre aux africains, car ces derniers généralement abusent de leurs femmes.

Nombreux sont ceux qui s’embrouillent, et font de la recherche effrénée des plaisirs une priorité et il arrive souvent de trouver des africains étudiants se quereller à cause de la femme russe. Et c’est pareil avec nos sœurs africaines…

La vie passe très vite, aux parents d’aider les enfants pour ce qui est du choix de l’endroit où ils pourront continuer leurs études, afin de leurs éviter de tomber dans l’incartade et l’avilissement.

The following two tabs change content below.