De quoi s’agit-il? Il ne s’agit rien d’autre que du timbre-poste. Ce dernier est appelé « Le plus petit papier-valeur du monde » pour au moins trois raisons : Pour sa valeur d’affranchissement, pour sa valeur de collection et pour sa valeur de témoin de l’histoire.

La valeur d’un timbre-poste s’établit en tenant compte de différents facteurs : le chiffre de tirage des émissions et la durée de validité de l’émission. Un petit tirage, avec une validité limitée élèvent la valeur d’un timbre ; c’est le cas des timbres anciens et de certaines émissions spéciales contemporaines.

Les temps qui passe, les guerres, les incendies etc., font disparaître des timbres et augmentent souvent la valeur de ceux qui sont conservés.

Mais la valeur d’un timbre-poste est encore fonction de son excellent état de conservation : sa fraîcheur, la grandeur des marges autour des timbres non dentelés, l’état des dents pour les autres, la qualité des oblitérations, le centrage de l’impression, à quoi s’ajoutent des cachets spéciaux et autres détails qui font la joie des collectionneurs. Chacun comprendra dès lors pourquoi les timbres anciens valent aujourd’hui de petites fortunes.

Certains timbres sont de véritable petites œuvres d’arts dont  beaucoup évoquent des situations heureuses ou malheureuses jadis vécues, nous font vivre des multiples aspects des pays du monde et avec d’autres objets, ils nous permettent de reconstituer le voyage effectué par l’envoie, grâce aux cachets et aux marques postales apposés durant le parcours.

Les souverains belges de 1831 à 1935, de gauche à droite : Léopold Ier, Léopold II, Albert Ier, Léopold III.

Le 2ème secrétaire de l’Onu Dag Hammarskjöld, décédé dans un accident d’avion survenu alors qu’il accomplissait une mission pour trouver une issue à la crise du Katanga au Congo le 17 septembre 1961.

Du fait qu’ils datent de longtemps, ces deux petits papiers ou timbres-poste ont plus de valeur parce qu’ils sont rares chez les collectionneurs aujourd’hui.

The following two tabs change content below.